Bats-toi, ne renonce pas à tes rêves! de Patrica Mercier

Livre non publié.
Lien pour le lire et donner votre avis à son auteur: ICI

Et son lien Facebook : ICI

Mon Humble avis


Je tiens à remercier Patricia Mercier de m’avoir permise de lire sa vie et je salue son initiative, car je pense qu’il ce n’est pas facile d’écrire sur ce thème-là.
Alors, comme je le lui avais dit, je ne suis pas friande de biographie, mais j’ai fait une exception à la lecture du prologue qui, je dois l’avouer, m’a incroyablement tenue dans ses griffes. Oui, parce que l’on est véritablement et irrémédiablement happé par la plume de Patricia Mercier.
Elle nous relate sa vie, de sa naissance jusqu’à ses 45 ans. Les évènements dont elle est l’otage, évoquant son handicap et ses conséquences qui ne se voient pas forcément, ce qui induit beaucoup d’incompréhension et de confusion dans le regard de l’autre, pensant à tort qu’une douleur ressentie est imaginaire.
Les situations dramatiques sont abordées avec une délicatesse ferme, mais presque joviale. Attention, pas de façon granguignolesque, l’humour est bien dosé, naturel, je dirais même. N’allez pas croire que c’est un long récit de complainte sur son état, juste une vérité pas toujours facile à voir ou à entendre.
Une vie de souffrances mais une vie tout de même.
On pourrait la résumer ainsi mais on n’aurait pas tous les détails qui font que l’on comprend toute l’ampleur du désavantage d’être handicapée et des interactions avec le monde des « valides ». Ici, l’auteure permet une immersion dans son quotidien qui est haletante (oui, oui, elle est très sportive dans cette tranche de vie), épuisante, extrême, révoltante, triste et pourtant, elle ne baisse pas les bras. Il lui arrive comme tout le monde dans ce genre de « situation », d’en avoir assez et de pleurer mais elle relève bien vite la tête.
J’ai été particulièrement touchée par son vécu qui n’est pas de tout repos, c’est comme un parcours du combattant mais pour toujours. Son enfance passée dans un établissement prévu pour les personnes à mobilité réduite, les interventions «médicales» et chirurgicales pour tenter de l’aider m’ont choquée. A l’époque où elle eut le droit des injections d’alcool dans les muscles des jambes (le médicament, pas la boisson hein lol) m’a fait furieusement penser à de la barbarie. Je sais qu’il n’en était rien ce moment-là, c’était pour les aider, mais le recul des années et des avancées médicales a dû les faire réfléchir que ces méthodes n’assistaient pas, non… ? Les opérations qui ne sont pas couronnées de succès alors même que cela aurait dû être le cas n’arrange pas son quotidien non plus. A cela s’ajoute sa vie amoureuse qui est comme toute femme espérée mais difficile à mettre en pratique. Cependant, elle a la faculté de ne pas se lamenter sur son sort et sa force de caractère la mène loin dans le domaine du sport. On apprend ainsi qu’elle a gagné bon nombre de médailles, or et argent, dans plusieurs disciplines sportives. Une invalide, certes mais qui se bouge, qui fait tout pour ne pas restée dans une bulle. C’est plus qu’admirable, c’est impressionnant, je dois bien l’avouer. Aujourd’hui, elle lit beaucoup et donne ses avis avec brio sur ses lectures. Elle prend cela très à cœur, partageant partout où elle le peut pour aider les auteurs inconnus à faire connaitre leurs ouvrages. Elle écrit également et de bien belle manière, sa bio déjà et elle a 2 autres projets qu’elle met en forme et qui je ne doute pas seront de beaux succès lorsqu’elle se décidera à les publier. Elle a un énorme talent et on peut ne que le constater rien qu’à la lecture de sa bio que je vous conseille vivement de lire.
On en ressort avec le sentiment que l’on est vraiment peu de chose mais que la vie vaut la peine d’être vécue, même dans des conditions extrêmes.
Si, elle, elle a pu le faire alors qu’elle est handicapée, alors rien n’est impossible. C'est comme un cri d’espoir qui jaillit d'entre les lignes.
Le plus fort, c’est qu’elle décrit tout cela d’une écriture ferme et légère, ce qui est agréablement étonnant. L’écriture en est très addictive et nous donne envie de connaitre la suite de cette existence pas comme le tout le monde.

Patricia Mercier est une «survivante», de ses douleurs, mais elle n’a de cesse de se relever, comme un pied de nez à son handicap et ses «effets secondaires» à vie.
Je lui dis : chapeau bas...



Tiré du poème de Patricia Mercier « Quand la vie bascule »
Ma tête y croit,
Mon corps pleure,
Douleur tu dictes ta loi.


Extrait de sa bio :
Je profite à cent pour cent des périodes durant lesquelles je souffre peu car à d’autres moments viendront celles où je serai foudroyée !
Un adage dit : « Ce qui ne tue pas, rend plus fort.
Pour ma part, je pense que c’est vrai.